La théorie du langage gestuel de Wilhelm Wundt : anatomie d’un modèle psycholinguistique.

Le programme GCAF a eu le plaisir de recevoir le 13 Fevrier 2019, David Romand, chercheur postdoctoral au centre Gilles-Gaston Granger de l’université d’Aix-Marseille, faisant un récapitulatif des travaux allemands en psychologie, fin XIXème début XXième siècle.

Celui-ci nous résume la vie scientifique de Wilhelm Wundt (1832-1920) :
psychologue ; philosophe et professeur d’université en Allemagne, étant considéré comme le fondateur de la psychologie expérimentale. Ses travaux, ayant établi la psychologie comme science empirique, ont irrigué d’autres disciplines comme la philosophie ; l’art ; et ici le langage.
Wundt considère le langage gestuel comme une forme de langage à part entière s’organisant en véritable système linguistique caractérisé par une sémiotique, une sémantique et une syntaxe. S’appuyant sur l’ouvrage de Wilhelm Wundt « Die Sprache » (1900), conçu comme une analyse systématique du fait langagier, David Romand présente un état des lieux de la théorie du langage gestuel.

Romand nous indique l’importance des travaux de Wundt à son époque : l’allemand interrogea le langage gestuel sur la base de la psychologie. Le langage gestuel, à l’instar du langage parlé, communique grâce au moyen d’action motrice motivé par nos « mouvements expressifs », manifestation physique de nos états affectifs. Ce dernier se penche sur le langage gestuel (Gebärdensprache), second chapitre de « Die Sprache », en insistant sur les apports de Wundt considérant le langage gestuel comme un ensemble organisé de gestes langagiers (Sprachgebärden) : nos représentations visuelles, se muant en gestes langagiers par nos mouvements des
membres antérieurs et du visage, manifestent nos états mentaux. Ce chapitre, dont Romand nous résume les éléments primordiaux, expose une proposition relative de la nature du langage gestuel.

Dans sa présentation, Romand décrit et met en image une typologie des différents gestes langagiers où ceux-ci sont hiérarchisés (indicatifs, reproductifs, connotatifs et symboliques) et déclinés entre eux, soulignant comment Wundt met en liaison la sémiotique du geste, dans un continuum aboutissant au geste symbolique, valeur arbitraire du signe.

Un échange fort instructif eut lieux entre Romand et les chercheurs ; doctorants ; masterants du GCAF en relation avec les différentes déclinaisons du geste. Les notions comme « gestes plastiques » et « gestes graphiques » (gestes reproductifs) ont suscité des réactions pertinentes dans sa compréhension en tant que geste vectoriel, et geste métier de l’artiste plastique.

Sébastien Huet

Résumé proposé par David Romand

Article de David Romand