Séminaire GCAF du Mercredi 13 Novembre

De 9h à 16h30 à l’INSPÉ de Marseille (52 Av Escadrille Normandie-Niemen) salle de réunion au rez de chaussée.

Le matin

1. La pratique instrumentale comme vecteur de développement de l’esprit critique chez les élèves. 

Manon Ballester, nous présentera l’avancé de son travail. Son projet de mémoire s’intéresse aux effets de la musique au sein même du processus de pensée des élèves, du point de vue des neurosciences. Elle se propose de traiter l’hypothèse suivante : la pratique instrumentale régulière développe des habilités métacognitives, permettant aux élèves d’affiner leur esprit critique et de construire leur pensée.

2. Le dispositif “tinkering for learning” en arts plastiques pour le développement d’habiletés métacognitives.

Julia Brissaud s’intéresse au dispositif “tinkering for learning” et à son application pour à la discipline “arts visuels”. Le dispositif “tinkering for learning” initialement appliqué aux sciences permet de répondre à la curiosité et à la créativité des élèves en faisant appel à diverses capacités de réflexion tout en favorisant leur réengagement dans les apprentissages. L’hypothèse proposée et que ce dispositif peut être transféré dans le champ disciplinaire des arts visuels et obtenir des résultats semblables.

3. En quoi la transdisciplinarité des disciplines artistiques et non-artistiques pourrait permettre le réengagement scolaire des élèves de LP en difficulté face aux apprentissages des enseignements généraux.

Pierre Colson soutient l’hypothèse qu’une approche transdisciplinaire, artistique et non-artistique, pourrait permettre la désinhibition des élèves face aux apprentissages des enseignements généraux, souvent porteurs d’une représentation négative chez les élèves de lycée professionnel. Les disciplines artistiques favorisent l’expérience à travers le geste créatif et peuvent permettre le réengagement scolaire des élèves en difficulté. Ce projet de recherche s’inscrit en marge du projet CAPture 

L’après-midi

3. Démarches méthodologiques et outils de recueil et de mesure des représentations sociales

Gregory Lo Monaco (Professeur des universités au laboratoire ADEF) interviendra pendant 30 à 45 minutes. Ses recherches s’inscrivent dans la ligne des processus sociocognitifs liés à l’étude de la structure des représentations sociales. Il s’intéresse aux aspects théoriques et méthodologiques des représentations sociales. Il abordera quelques méthodes d’études des représentations sociales en les exemplifiant. Il partagera des méthodes classiques et d’autres plus récentes dans le cadre du recueil de contenu et du diagnostic de la structure d’un tel contenu. Il fera également un point sur l’utilisation des méthodes d’analyse des données multivariées en lien avec l’étude de la structure des représentations sociales à travers divers exemples.

Ci dessous les publications en lien avec la communication.

4. Enaction et transdisciplinarité: danse et savoirs spatio-géométriques avec des élèves à besoins éducatifs particuliers

Alexandra Arnaud-Bestieu interviendra pour une visio-conférence relayée au Canada. En s’appuyant sur les résultats produits lors d’une recherche menée auprès d’une classe d’inclusion scolaire destiné à des élèves ayant des troubles des fonctions cognitives autour d’un projet d’enseignement alliant danse contemporaine et géométrie, elle présentera dans cette communication le contenu du projet et la réflexion menée sur les liens entre espace sensible vécu en danse et savoirs spatio-géométriques. Penser le rapport à l’espace et aux savoirs spatio-géométriques en liant travail sémiotique et danse, revient à mettre l’expérience corporelle de l’élève au centre de la construction de ces savoirs, concept phénoménologique ayant gagné en crédit suite à l’avancée des travaux neuroscientifiques (Varela et al, 1993) et dont elle en pointera les conditions didactiques d’émergence.

Les carnets de GCAF

Le programme GCAF s’appuie sur un cadre théorique pluridisciplinaire, en vue d’étudier les dimensions créatives des gestes des enseignants / formateurs / intervenants et des apprenants. Ces carnets présentent l’activité du programme à travers le séminaire qui le structure et les rencontres pluridisciplinaires qu’il favorise, les événements qu’il organise, les publications qu’il propose, etc.

Les carnets de GCAF ont pour but d’identifier, inventorier, expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage. Ils ont aussi pour finalité étudier d’étudier, d’analyser l’activité créatrice pour penser la formation des enseignants et comprendre l’activité de l’élève.

Objectifs :
Les recherches développées au sein du programme croisent et fédèrent des approches plurielles, explorant une didactique « transdisciplinaire », tout en étant délimitées par quelques objectifs fondamentaux.
► Identifier, inventorier, voire expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage, sa conception et les interactions qu’elle engendre, à la lumière des pratiques d’enseignement/apprentissage et de la création artistique professionnelle (à la recherche d’une épistémologie du travail enseignant).
► Étudier, analyser l’activité créatrice, quelle que soit la discipline, et caractériser ses relations à la formation et à l’étude par l’observation des tâches prescrites et celles qui sont réalisées et par une réflexion sur les gestes :

  • pour penser la formation des enseignants non comme une juxtaposition de savoirs disciplinaires mais comme une composition de savoirs disciplinaires ;
  • pour comprendre l’activité de l’élève non comme une juxtaposition d’activités mais comme une composition de celles-ci.

► Accompagner les enseignants à concevoir des dispositifs efficients à partir de situations d’enseignement, de recherche ou d’apprentissage.

Contexte :
GCAF s’inscrit dans un contexte de renouvellement des pratiques enseignantes, notamment dans le domaine des arts à l’école (PEAC, EPI) ou de la préparation au métier d’enseignants (tant en formation initiale qu’en formation continue) et des pratiques artistiques (développement des résidences, ateliers avec public scolaire, artistes intervenants, etc.).
Les travaux engagés durant les deux premières années de séminaire (2017-2018, 2018-2019) ont permis de défricher les enjeux de cette recherche. Organisé une fois par mois, le séminaire a alterné des présentations d’enseignants-chercheurs (EA 4671 ADEF, EA 3273 Psyclé, UMR 7309 LPL, UMR 7304 Centre Gilles Gaston
Granger, UM 7061 PRISM, UMR 7290 LPC, MIM, UMR 7291 LNC, EA 3274 LESA, HEP-BEJUNE, HEP-VAUD, etc.), artistes invités (Hervé Sellin, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, Jean-Pierre Moreau, etc.), doctorants et masterants inscrits dans le programme.

L’équipe du programme GCAF a pour ambition de relire la notion de gestes liés à une activité d’enseignement ou d’apprentissage en analysant les pratiques créatives des enseignants et des élèves qui à partir de situations contraintes développent une activité.
a. L’enseignant dans les disciplines artistiques et non-artistiques, confronté aux approches transdisciplinaires (par ex : Danse et Mathématiques ; Arts plastiques et Musique ; Musique et Sciences Physiques ; Arts appliqués et Technologie ; Histoire-Géographie-EMC et Musique ; Danse et Français ; etc.).
b. Le concepteur novice ou aguerri, praticien réflexif, autorégulant son activité en la recomposant en situation professionnelle (dédoublement cognitif à partir des représentations de modèles d’artefact).
c. L’apprenant confronté à l’expérience prise au sens de l’énaction présidée par l’attention.
d. La lutte contre le décrochage scolaire.

Méthodologie :
Le programme GCAF croise les approches méthodologiques (notamment en didactique, ergonomie et poïétique mais aussi en sociologie, en psychologie) pour analyser les situations d’enseignement-apprentissage et/ou de formation et de caractériser les dimensions créatives des gestes à l’aide d’observations sur le terrain (ateliers, stades, classes, etc.), d’entretiens, de questionnaires, de récits de pratiques.

Planification des travaux sur 4 ans :
Ce qui a été fait durant les 1 e et 2 e années (2017-2019)

  • Délimitation des notions de geste métier-professionnel-créatif en arts et autres disciplines à partir d’analyse de situations créatrices.
  • Création de collectifs de travail autour de cette notion.
  • Mise en place de partenariats avec d’autres enseignants-chercheurs d’autres laboratoire d’AMU intéressés par cette thématique (cf. SFERE-Provence), et d’autres universités françaises ou établissements supérieurs (CNSMD, Paris I Sorbonne, Bordeaux-Montaigne, etc.), et étrangères (PRCI de l’ÉSPÉ : UQAM, Université Laval, HEP-BEJUNE, HEP-Vaud, HEMU de Lausanne, Université de Luxembourg, etc.).
  • Recueils de données et analyse des situations.
  • Séminaires de travail interne et externe.
  • Organisation de deux colloques (« Créer pour éduquer » I et II) et d’une journée d’étude sur les notions de geste et d’activité à la lumière des premiers travaux (LNC, HEP-BEJUNE, ADEF, CFMI).
  • Publication d’un ouvrage collectif (mai 2019).
  • Dépôt d’articles auprès d’une revue pour un projet de numéro collectif.
  • Dépôt d’un projet d’ANR-FNS franco-suisse (« Muzteach »).
  • 3 Projets de recherche-terrain-formation (DAFIP Aix-Marseille) : l’orchestre à l’école en REP+ ; la danse et les apprentissages en REP+ ; l’expression orale en école primaire REP+).
  • Organisation d’un symposium au CRIFPE 2019 (avec l’UQAM, Bordeaux-Montaigne, le CNSMD, l’université du Luxembourg).
  • Validation d’une école d’été sur le numérique et l’activité de création (DigCREEAT mise en œuvre en 2020).
  • Un fond d’intervention pédagogique (FIP) pour concevoir un CV créatif sous forme de portrait graphique (eportfolio d’AMU et travail avec l’équipe internationale de l’application Open Source Karuta).
  • Soutien et accompagnement de Masterants et de doctorants.
  • Soutien aux projets de jeunes chercheurs (cf. FED 4238 SFERE-Provence).

3 e année (2019-2020)

  • Poursuite des travaux d’analyse et de recherche sur ces questions dans un cadre élargi aux questions méthodologiques par une « confrontation » aux différents partenaires.
  • Redéfinition du périmètre des notions sur lesquelles le programme travaille (générique vs spécifique).
  • Participation collective à des événements scientifiques nationaux et internationaux
  • Organisation d’un colloque international avec les partenaires de recherche
  • Inscription de cette démarche dans les formations du futur INSPE Aix-Marseille (et du projet de pôle pilote).
  • Renforcement méthodologique de soutien aux masterants, doctorants et projets de jeunes chercheurs

4 e année (2020-2021)

  • Finalisation des travaux et des publications autour des notions.
  • Travail sur et développement du rayonnement des recherches à l’aide des outils conventionnels et
    numériques.
  • Etc.

La sonification de l’écriture

Présentation de Jean-Luc VELAY et Jérémy DANNA, chercheurs au CNRS
(Laboratoire de neurosciences cognitives) : La sonification de l’écriture.

Leur travail de recherche porte sur l’écriture, notamment le mouvement. La
présentation faite lors du séminaire GCAF du 20 mars 2019 portait essentiellement sur la sonification de l’écriture dans le cadre de la rééducation d’élèves dysgraphiques.

L’écriture est un processus qui permet de retranscrire un langage, en composant le texte (structuration des idées et de la logique), des phrases (grammaire et syntaxe), des mots (lexiques et orthographe), et en traçant des lettres (mouvement), à l’aide d’un scripteur.
Jean-Luc Velay et Jérémy Danna s’intéressent particulièrement à la plus petite unité, et donc à l’écriture manuscrite, au résultat du mouvement effectué. Ils font notamment la distinction entre produit d’écriture et processus. Le produit est la trace laissée sur le support, et le processus est le mouvement qui génère la trace.
Pour des élèves dysgraphiques, le processus d’écriture est beaucoup plus long, le processus attentionnel étant alloué au contrôle.

Jérémy Danna et Jean-Luc Velay se sont donc posé la question de comment aider la rééducation, et comment faciliter l’écriture pour ces enfants ayant un trouble lié à la graphie. Les questionnements se sont tournés vers l’assistance du geste avec un robot, trop coûteux, puis vers l’utilisation des sons de l’écriture.

L’objectif fixé a donc été de fournir un retour auditif qui informe sur le mouvement, et donc de sonifier l’écriture. En effet, le son donne davantage d’informations spatio- temporelles, et est plus dynamique que la vision. Cela permet d’exploiter un autre canal que ceux naturellement utilisés. Il s’agit alors d’une intégration multisensorielle avec la vision et la proprioception, qui est également source d’émotion et de motivation. L’hypothèse de départ était donc que cela permettrait de contrôler et de
corriger l’écriture en temps réel.

La sonification consiste à transformer des mouvements du stylo en sons. Les notions de fluidité ou de saccade sont associées à des sons mélodieux ou non mélodieux, afin de renseigner sur la qualité du mouvement. 
Par la suite, les psychomotriciens et les enfants ont verbalisé la pénibilité des sons à répétition, ce qui a fait évoluer la stratégie de recherche vers une sonification musicale de l’écriture. L’aspect concernant les émotions véhiculées par les différents choix de musique a d’abord été sous-estimé, et il a amené ensuite la possibilité pour l’enfant de choisir la musique, permettant de rendre l’exercice plus ludique pour eux.

Les résultats de leur recherche ont démontré qu’il semble très intéressant d’associer la musique au geste graphique pour des élèves dysgraphiques, pour apprendre un mouvement correct, c’est à dire fluide, rapide et précis, en laissant une trace correcte, et donc lisible.

Les limites de leur recherche se trouvent dans le fait que les enfants rééduqués avec la sonification de l’écriture doivent ensuite pouvoir écrire sans le son, sans association forcée qui pourrait conduire à une sorte de synesthésie.

Lola Papon

Article Jérémy Danna et Jean-Luc Velay

La formation professionnelle des enseignants de musique à l’école : Parcours de formation, gestes professionnels et identité professionnelle ?

Le séminaire GCAF du 20 mars 2019 accueillait François Joliat. Professeur à la Haute école pédagogique des cantons de Berne, Jura et Neuchâtel (HEP-BEJUNE) en Suisse, François Joliat est également formateur des enseignants généralistes à la didactique de l’enseignement musical et aux arts vivants, ainsi que chargé d’enseignement dans le domaine de la recherche en pédagogie musicale au CNSMD de Paris.
Son travail s’intéresse au développement musical et à la professionnalisation de l’enseignement musical.

La communication du 20 mars présente cinq recherches qui traversent les deux thématiques suivantes:

  • la professionnalisation de l’enseignement de la musique à l’école et au conservatoire
  • les formations à l’enseignement musical

Pour la première thématique, le besoin de renseigner par la recherche la professionnalité des enseignants de musique conduit à plusieurs problématiques: Quelles sont les bases de connaissance et les gestes professionnels partageables par le professeur ? Comment développer l’identité professionnelle, les attentes de formation des futurs enseignants de musique ? Et enfin, comment développer l’identité culturelle et les conditions de la transmission culturelle des enseignants de
musique ?

Pour la seconde thématique, le besoin de renseigner par la recherche le professionnalisme des enseignants de musique conduit à s’interroger sur la manière de rendre compte de son travail face aux attentes de la profession et aux politiques éducatives.
Pour répondre aux interrogations proposées, les résultats de différentes recherches sont proposés : le projet païdeia mené avec M. Lebrun, les projets u-teach menés avec P.Terrien et A. Güsewell, et le projet FNS So-lead mené avec S. Stadler-Elmer et al.

Cette synthèse se propose d’approfondir le projet u-teach qui cherche à répondre aux avancées des connaissances dans les ouvrages professionnalisants afin de guider l’action des enseignants de
musique.

En Suisse et en France depuis une quinzaine d’années la formation en recherche est un élément phare du processus de professionnalisation des institutions universitaires qui forment les futurs enseignants musiciens généralistes et spécialistes pour l’école et le conservatoire. D’une part,
l’intégration de la recherche dans les cursus de formation professionnelle à l’enseignement musical constitue un mode privilégié de production de savoir sur et pour les professions. Et d’autre part, les ouvrages professionnels à l’intention de la profession constituent un moyen de poursuivre la formation tout au long de la vie des enseignants de musique.
Il existe trois postures d’écriture dans les écrits professionnels : la posture autogénique qui repose sur un discours réflexif et qui décrit l’état intime de la pensée de l’auteur, ses représentations sur des connaissances et un objet de savoir sans références aux sources qui la documentent. La posture
professionnelle repose quant à elle sur un discours argumentatif de type auctorial. Pour finir, la posture académique/critique s’appuie sur un discours scientifique qui tend à l’exhaustivité et qui articule son texte dans les règles de l’art à l’intention de la communauté scientifique, en reformulant des positions théorique et méthodologiques et en confrontant et discutant des points de vue.
La constitution et l’analyse selon différents marqueurs, d’un échantillon de 16 ouvrages parus en langue française entre 2006 et 2018 constitue la base méthodologique de cette recherche. Les marqueurs étudiés sont l’année de parution, la biographie de l’auteur, les thématiques abordées, les théories scientifiques mobilisées, les postures d’écritures et les références bibliographiques.
Les résultats proposés font état de la pauvreté de la production d’ouvrages francophones pour le développement professionnel des enseignants durant la période observée (en regard des pays anglo-saxons et de l’Allemagne), et de la pauvreté des connaissances scientifiques mobilisables dans ces
ouvrages. Il semble également que la professionnalisation n’ait pas encore été investie dans les publications professionnelles de ces dernières années. C’est le statut de l’auteur qui détermine le degré de littératie scientifique mobilisable pour l’action enseignante et seules les publications produites par des enseignants-chercheurs professeurs permettent un développement professionnel parce que les concepts permettent acculturer les professionnels à la discipline par un parcours de lecture construit à leur intention.

Bibliographie proposée en lien avec la communication :

Joliat, F. (2017). Former à l’enseignement musical scolaire. Revue musicale suisse (RMS),1/2, 10-11.
Joliat, F. (2011). La musique dans les classes de Suisse romande : l’affaire des pédagogues, des méthodologues ou des chercheurs ? In J.-L. Leroy & P. Terrien (Éd.), Perspectives actuelles de la recherche en éducation musicale (pp. 141-151). Paris : L’Harmattan.
Joliat, F. (Éd.) (2011). La formation des enseignants en musique : état de la recherche et vision des formateurs. Paris : L’Harmattan.
Joliat, F. (2010). La mesure de l’aptitude musicale : ses théories, ses outils et ses résultats. Médecine des arts, 67, 30-43.
Joliat, F., Güsewell, A. & Terrien, P. (Éds.) (2017). Les identités professionnelles des professeurs de musique. Paris : Delatour.
Terrien, P., Güsewell, A. & Joliat, F. (2018). Entre théorie et pratique : analyse comparative de deux établissements de formation de professeurs de musique en conservatoire en France et en Suisse.

« Expérience corporelle, danse et savoir spatio-géométrique »

La présente note, rend compte de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU.
Il s’agit d’une recherche menée il y a plusieurs années, récemment analysée par deux didacticiennes des mathématiques. Cette intervention revient sur la notion de geste en tant qu’aide à l’étude, « qui sera à la fois le geste corporel mais aussi qui peut être un geste langagier, voire un geste matériel d’organisation de l’étude de l’élève », cette recherche s’intéresse à la question d’interdisciplinarité et de transdisciplinarité et permet également d’aborder l’action conjointe en didactique.

Il s’agissait de proposer à des élèves qui ont une relation extrêmement complexe avec l’espace en termes de représentation et d’appréhension abstraite ; un travail qui passerait par le corps et l’expérience corporelle en danse dans un contexte de recherche formation. Un projet interdisciplinaire reliant la danse et les mathématiques et menant à un savoir véritablement transdisciplinaire.

Tout d’abord, l’espace est une notion polysémique qui révèle en ce sens toute la complexité de ce terme. L’espace en danse, plus précisément la kinésphère (théorisée par Rudolf Laban), se traduit par une sphère immatérielle représentant l’espace environnant pouvant être atteint par les mouvements des membres en extension sans déplacer le corps.

Cette recherche est en adéquation avec les programmes scolaires du cycle 2 en mathématiques (espaces et géométrie). Dans les instructions officielles, la notion d’espace se décline en plusieurs strates : l’espace décrit, l’espace représenté, l’espace schématisé et l’espace géométrique. Ces dernières préconisent le rapport à la conception et à l’abstraction autour des situations spatiales et la modélisation de l’espace. Il s’agit d’un espace vécu sensiblement par des corps agissants ainsi la notion d’abstraction est donc omniprésente révélant ainsi différents enjeux : vivre dans l’espace, prendre de la distance sur le plan cognitif, et pouvoir en faire un savoir utilisable.

Contexte

Ce projet s’adapte à des élèves de cycle 2 en classe ULIS, il s’agit pour les élèves d’apprendre à se repérer dans l’espace environnant, se déplacer, de repérer, s’y orienter et apprendre à utiliser des repères ou des représentations abstraites de l’espace en particulier tracé et lire des plans, jugé très complexe avec des élèves présentant des troubles cognitifs.
« La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées implique un réel effort en vue d’une scolarisation au plus près des besoins des élèves et de leurs familles. Outre les dimensions matérielles que cela implique, cette loi accentue le souci de qualité de l’accueil dans les classes de ces élèves à besoins particuliers et invite les chercheurs en Sciences de l’éducation à prendre à bras le corps les questions spécifiques que pose cet accueil, tant du point de vue de l’organisation que de la formation des enseignants spécialisés, ou encore des problématiques liées à l’enseignement-apprentissage. »

Les problématiques explicitées par Alexandra ARNAUD-BESTIEU sont les
suivantes :

  • Que permet le travail en danse centré sur l’expérience corporelle en l’approche des savoirs spatio-géométrique ?
  • Dans quelles mesures les gestes d’aide à l’étude de l’intervenant chercheur peuvent-ils mener à la co-construction de savoirs difficiles à atteindre avec des élèves relevant de l’inclusion scolaire ?
  • Comment le travail transdisciplinaire autour de l’espace a-t-il pu être co-construit ?

La construction du projet

Cette recherche se focalise sur les savoirs et non pas sur les troubles des élèves, l’enjeu était de mettre en place les milieux didactiques les plus favorables possibles.

Citation de Garel (2007) : « Les capacités sont occultées dès lors qu’elles ne se donnent pas à voir faute d’être sollicitées activement et des sollicitations ambitieuses nécessite de croire en l’éducabilité des élèves en situation de handicap. »

Telle était la philosophie d’intervention.

La structure du module

Module de 12 séances. Tracer le chemin séance 8

Les séances précédentes abordent un travail sur le corps que la mise en
disponibilité sur de l’improvisation. Un travail conséquent sur le corps
en mouvement, la kinésphère, sur le rapport au temps, à l’énergie du mouvement révélant un travail extrêmement sensible.

Julia Brissaud

Article Alexandra Arnaud-Bestieu

La théorie du langage gestuel de Wilhelm Wundt : anatomie d’un modèle psycholinguistique.

Le programme GCAF a eu le plaisir de recevoir le 13 Fevrier 2019, David Romand, chercheur postdoctoral au centre Gilles-Gaston Granger de l’université d’Aix-Marseille, faisant un récapitulatif des travaux allemands en psychologie, fin XIXème début XXième siècle.

Celui-ci nous résume la vie scientifique de Wilhelm Wundt (1832-1920) :
psychologue ; philosophe et professeur d’université en Allemagne, étant considéré comme le fondateur de la psychologie expérimentale. Ses travaux, ayant établi la psychologie comme science empirique, ont irrigué d’autres disciplines comme la philosophie ; l’art ; et ici le langage.
Wundt considère le langage gestuel comme une forme de langage à part entière s’organisant en véritable système linguistique caractérisé par une sémiotique, une sémantique et une syntaxe. S’appuyant sur l’ouvrage de Wilhelm Wundt « Die Sprache » (1900), conçu comme une analyse systématique du fait langagier, David Romand présente un état des lieux de la théorie du langage gestuel.

Romand nous indique l’importance des travaux de Wundt à son époque : l’allemand interrogea le langage gestuel sur la base de la psychologie. Le langage gestuel, à l’instar du langage parlé, communique grâce au moyen d’action motrice motivé par nos « mouvements expressifs », manifestation physique de nos états affectifs. Ce dernier se penche sur le langage gestuel (Gebärdensprache), second chapitre de « Die Sprache », en insistant sur les apports de Wundt considérant le langage gestuel comme un ensemble organisé de gestes langagiers (Sprachgebärden) : nos représentations visuelles, se muant en gestes langagiers par nos mouvements des
membres antérieurs et du visage, manifestent nos états mentaux. Ce chapitre, dont Romand nous résume les éléments primordiaux, expose une proposition relative de la nature du langage gestuel.

Dans sa présentation, Romand décrit et met en image une typologie des différents gestes langagiers où ceux-ci sont hiérarchisés (indicatifs, reproductifs, connotatifs et symboliques) et déclinés entre eux, soulignant comment Wundt met en liaison la sémiotique du geste, dans un continuum aboutissant au geste symbolique, valeur arbitraire du signe.

Un échange fort instructif eut lieux entre Romand et les chercheurs ; doctorants ; masterants du GCAF en relation avec les différentes déclinaisons du geste. Les notions comme « gestes plastiques » et « gestes graphiques » (gestes reproductifs) ont suscité des réactions pertinentes dans sa compréhension en tant que geste vectoriel, et geste métier de l’artiste plastique.

Sébastien Huet

Résumé proposé par David Romand

Article de David Romand

Donner du corps au cours de langue étrangère : une petite histoire du corps de l’enseignant

Marion Tellier, Aix-Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage

Tout comme le comédien, l’enseignant utilise son corps comme outil de travail, à la fois en tant que stratégie de transmission et en tant qu’outil d’animation (Pujade-Renaud, 1983 ; Porcher, 1989). Cependant, le corps de l’enseignant, et en particulier les techniques de la gestuelle, demeurent marginales dans les recherches en éducation et en didactique (Gullberg, 2010 ; Cadet, 2014). Cette présentation fera le point, sans exhaustivité toutefois, sur les recherches passées et présentes sur la question du corps de l’enseignant et sur sa gestuelle en particulier. Le focus sera mis tout particulièrement sur l’enseignant de langue étrangère. Dans un premier
temps, il s’agira d’analyser les fonctions du corps de l’enseignant à travers différentes questions : à quoi sert la gestuelle de l’enseignant ? (Tellier, 2008) Remplit-elle des fonctions que la parole ne remplit pas ? Comment l’enseignant jongle-t-il avec les modalités à sa disposition ? (Azaoui,
2014) Comment s’articulent la parole et le geste (McNeill, 1992) ? Sont-ils redondants, complétants voire même en contradiction ? (Tellier, 2016) Puis, la question de la formation des enseignants sur ce thème sera abordée à travers la présentation de dispositifs mis en place à l’université pour la formation des enseignants de français langue étrangère (Gadoni & Tellier,
2015 ; Tellier & Yerian, soumis).

Bibliographie

AZAOUI, B. (2014). Multimodalité des signes et enjeux énonciatifs en classe de FL1/FLS. In M. Tellier & L. Cadet (Eds.) Le corps et la voix de l’enseignant: mise en contexte théorique et pratique (pp. 115-126). Paris: Éditions Maison des Langues.
CADET, L. (2014). Corps de l’enseignant : sujet de la recherche, objet de la formation. In M. Tellier & L. Cadet (Eds.) Le corps et la voix de l’enseignant: théorie et pratique (pp. 189-206). Paris: Éditions Maison des Langues.
GADONI, A. & TELLIER, M. (2015). Observer son corps d’enseignant: une expérience d’autoconfrontation. In R. Bergeron, B. Harvey, C. Dumais et R. Nolin (Eds). Apprentissage et enseignement du français oral en langue première et en langue seconde (pp.167-184). Montréal : Éditions Peisaj., collection COGITO.
GULLBERG, M. (2010). Methodological reflections on gesture analysis in second language acquisition and bilingualism research. Second Language Research, 25(4), 1-28.
McNEILL, D. (1992). Hand and Mind: What gestures reveal about thought. Chicago: The University of Chicago Press.
PORCHER, L. (1989). Didactique : Pour la beauté du geste. In Calbris, G. & Porcher, L. (Eds). Geste et communication (pp. 5-44). Paris: Didier, Coll. LAL.
PUJADE-RENAUD, C. (1983/2005). Le corps de l’enseignant dans la classe. Paris: L’Harmattan.
TELLIER, M. (2008). Dire avec des gestes. In Chnane-Davin, F. & Cuq, J.P. (Eds) Du discours de l’enseignant aux pratiques de l’apprenant en classe de français langue étrangère, seconde et maternelle. Le Français dans le monde, recherche et application, 44, 40-50.
TELLIER, M. (2016) Prendre son cours à bras le corps. De l’articulation des modalités kinésiques avec la parole. Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], mis en ligne le 25 juillet 2016. URL : http://rdlc.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/rdlc.47
TELLIER, M. & YERIAN, K. (soumis). Mettre du corps à l’ouvrage : Travailler sur la mise en scène du corps du jeune enseignant en formation universitaire. Les cahiers de l’APLIUT.