Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU

Le 09 octobre 2019.

Les méthodologies macro et micro utilisées en didactique nous ont été présentées non à travers leurs résultats mais à travers leur pertinence, conformément à une problématique de recherche.

En premier lieu, l’analyse de la transposition didactique nous est présentée comme étant une analyse du phénomène de la diffusion d’un savoir.
Celle-ci peut être de deux ordres, soit descendante ce qui correspond à une analyse des programmes, des prescriptions, des manuels, soit ascendante ce qui correspond à une analyse de la situation d’enseignement.

Puis, la théorie de l’action conjointe en didactique est introduite par la citation de Schubauer-Léoni et Leutenegger, 2005 : « Elle ne se fait ni (que) dans les savoirs ni (que) dans les sujets -enseignants et apprenants- mais dans leur action conjointe (…) pour considérer ce travail de coproduction de connaissances à la lumière des pratiques culturelles qui les légitiment. »  
Ce positionnement de l’analyse qui préserve l’écologie des savoirs scientifiques, permet une rupture avec ce qui se faisait avant. C’est-à-dire, une analyse à portée scientifique du résultat, qui était « une ingénierie protocolaire expérimentale » qui se focalisait plutôt sur ce qui se passait du côté de l’enseignant.

De cette situation nouvelle, qui vise à analyser le contexte clinique (l’ordinaire, phénomène de classe), émergera le « comparatisme » ou la méthodologie clinique expérimentale. Cette méthode permettra, suivant l’étude épistémologique et technologique approfondie de la discipline, le développement d’une composante expérimentale qui sera comparée dans le contexte clinique. Il s’agit d’une mise en tension entre l’analyse à priori des tâches et de l’in situ (Mercier & Salin,1992). « Un didacticien est avant tout un spécialiste de l’objet de ses recherches. Puisque les objets de ses recherches sont en lien direct avec le contenu des savoirs ».

Continuer la lecture de « Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU »

Éric Tortochot et son rapport au geste créatif et à l’activité formative.

Éric Tortochot
Maître de conférences
Didactique du design (enseignements artistiques et technologiques)
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé)
Co-responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative » (GCAF)
Équipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Évaluation-Formation (EA 4671 ADEF)

Maître de conférences
Didactique du design (enseignements artistiques et technologiques)
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé)
Co-responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative » (GCAF)
Équipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Évaluation-Formation (EA 4671 ADEF)

Une didactique de l’enseignement du design ?

La didactique de l’enseignement du design est à construire. Elle est aujourd’hui l’objet de travaux d’un grand nombre de chercheurs qui publient en langue anglaise sur la pédagogie du design (« design learning ») mais ne trouvent que peu d’écho en France, voire sont ignorés. Le programme GCAF est une opportunité de développer la recherche sur ce point. L’enjeu est de montrer l’intérêt de croiser des cadres théoriques et méthodologiques divers. D’un côté, il y a la démarche francophone centrée sur la didactique (les didactiques disciplinaires sur des corps de savoirs, ou la didactique professionnelle sur l’agir professionnel), de l’autre il y a l’intérêt pour la démarche pédagogique des auteurs anglo-saxons avec le PCK (Pedagogical Content Knowledge). La théorie de l’activité propre aux sciences cognitives (psychologie génétique et socioconstructiviste, psychologie du travail, ergonomie) ouvre la voie à la compréhension de l’activité de conception. L’étude des signes produits par l’activité à travers les différentes formes d’énonciation (sciences du langage : linguistique, sémiotique, etc.) est aussi un moyen d’analyser les interactions entre les différents acteurs de la cocneption (Romain, Rey, Tortochot, Pereira, & Seoane, 2019 ; Tortochot, Moineau, & Farsy, à paraître). Par ailleurs, en conjuguant les travaux sur le geste (ethnologie, anthropologie, phénoménologie), sur l’histoire des formes et curriculums d’enseignement des arts appliqués et du design (histoire de l’éducation, histoire de l’art et du design), il est envisageable de commencer à contribuer autant à une épistémologie de la pratique du design et de son enseignement qu’à la compréhension des modalités de circulation des savoirs, savoir-faire, savoir-être entre les situations professionnelles et les situations d’apprentissage.

Continuer la lecture de « Éric Tortochot et son rapport au geste créatif et à l’activité formative. »

Pascal Terrien et son rapport au geste créatif et à l’activité formative.

Pascal Terrien
Professeurs des universités
Didactique de la musique et des arts
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation
(Inspé)
Responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative »
Equipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Evaluation-Formation (EA 4671 ADEF)
Directeur-adjoint de la structure fédérative en éducation de Provence (FED 4238 SFERE-
Provence)

La création de ce programme « Le geste créatif et l’activité formative » contribue aux développement de travaux de recherches scientifiques pluridisciplinaires dans le domaine de la didactique et des théories de l’activité. Ce programme souhaite apporter des explications, voire des réponses, aux questions que posent la singularité du geste créatif dans la formation des apprenants. Il souhaite aussi questionner le paradigme d’une didactique transdisciplinaire en confrontant les cadres théoriques et méthodologiques des chercheurs. Il s’agit de comprendre et d’expliquer ce qui fait la singularité du geste créatif dans le domaine de l’éducation. Si les recherches de ce programme sont centrées sur la didactique de la musique
et des arts, les chercheurs de l’équipe les requestionnent et les font dialoguer avec des cadres théoriques et des méthodologies divers qui les enrichissent sans cesse.
Mes travaux de chercheur sont nourris par ma réflexion de musicien. Comment s’approprie-t- on un nouveau savoir, un nouveau savoir-faire ? Que suscite comme réflexions, comme actions, un objet de savoir ? Quel impact peut avoir les milieux sur les activités d’enseignement ou d’apprentissage ? Comment permettre à l’élève de soutenir un effort, de persévérer, de se réengager dans un apprentissage ? etc. Ces quelques questions interrogent la nature et les fonctions d’un geste qu’il soit d’enseignement ou d’apprentissage. C’est certainement parce que la musique est un art vivant, inscrit simultanément dans le temps long et de l’instant, qu’elle échappe à un enseignement axiomatique. Cette multi dimension du temps et de ses enjeux dans les situations d’enseignement-apprentissage m’a conduit à définir la notion de musicologie didactique et de palimpseste didactique.

Continuer la lecture de « Pascal Terrien et son rapport au geste créatif et à l’activité formative. »

Donner du corps au cours de langue étrangère : une petite histoire du corps de l’enseignant

Marion Tellier, Aix-Marseille Université, CNRS, Laboratoire Parole et Langage

Tout comme le comédien, l’enseignant utilise son corps comme outil de travail, à la fois en tant que stratégie de transmission et en tant qu’outil d’animation (Pujade-Renaud, 1983 ; Porcher, 1989). Cependant, le corps de l’enseignant, et en particulier les techniques de la gestuelle, demeurent marginales dans les recherches en éducation et en didactique (Gullberg, 2010 ; Cadet, 2014). Cette présentation fera le point, sans exhaustivité toutefois, sur les recherches passées et présentes sur la question du corps de l’enseignant et sur sa gestuelle en particulier. Le focus sera mis tout particulièrement sur l’enseignant de langue étrangère. Dans un premier
temps, il s’agira d’analyser les fonctions du corps de l’enseignant à travers différentes questions : à quoi sert la gestuelle de l’enseignant ? (Tellier, 2008) Remplit-elle des fonctions que la parole ne remplit pas ? Comment l’enseignant jongle-t-il avec les modalités à sa disposition ? (Azaoui,
2014) Comment s’articulent la parole et le geste (McNeill, 1992) ? Sont-ils redondants, complétants voire même en contradiction ? (Tellier, 2016) Puis, la question de la formation des enseignants sur ce thème sera abordée à travers la présentation de dispositifs mis en place à l’université pour la formation des enseignants de français langue étrangère (Gadoni & Tellier,
2015 ; Tellier & Yerian, soumis).

Bibliographie

AZAOUI, B. (2014). Multimodalité des signes et enjeux énonciatifs en classe de FL1/FLS. In M. Tellier & L. Cadet (Eds.) Le corps et la voix de l’enseignant: mise en contexte théorique et pratique (pp. 115-126). Paris: Éditions Maison des Langues.
CADET, L. (2014). Corps de l’enseignant : sujet de la recherche, objet de la formation. In M. Tellier & L. Cadet (Eds.) Le corps et la voix de l’enseignant: théorie et pratique (pp. 189-206). Paris: Éditions Maison des Langues.
GADONI, A. & TELLIER, M. (2015). Observer son corps d’enseignant: une expérience d’autoconfrontation. In R. Bergeron, B. Harvey, C. Dumais et R. Nolin (Eds). Apprentissage et enseignement du français oral en langue première et en langue seconde (pp.167-184). Montréal : Éditions Peisaj., collection COGITO.
GULLBERG, M. (2010). Methodological reflections on gesture analysis in second language acquisition and bilingualism research. Second Language Research, 25(4), 1-28.
McNEILL, D. (1992). Hand and Mind: What gestures reveal about thought. Chicago: The University of Chicago Press.
PORCHER, L. (1989). Didactique : Pour la beauté du geste. In Calbris, G. & Porcher, L. (Eds). Geste et communication (pp. 5-44). Paris: Didier, Coll. LAL.
PUJADE-RENAUD, C. (1983/2005). Le corps de l’enseignant dans la classe. Paris: L’Harmattan.
TELLIER, M. (2008). Dire avec des gestes. In Chnane-Davin, F. & Cuq, J.P. (Eds) Du discours de l’enseignant aux pratiques de l’apprenant en classe de français langue étrangère, seconde et maternelle. Le Français dans le monde, recherche et application, 44, 40-50.
TELLIER, M. (2016) Prendre son cours à bras le corps. De l’articulation des modalités kinésiques avec la parole. Recherches en didactique des langues et des cultures [En ligne], mis en ligne le 25 juillet 2016. URL : http://rdlc.revues.org/474 ; DOI : 10.4000/rdlc.47
TELLIER, M. & YERIAN, K. (soumis). Mettre du corps à l’ouvrage : Travailler sur la mise en scène du corps du jeune enseignant en formation universitaire. Les cahiers de l’APLIUT.