Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU

Le 09 octobre 2019.

Les méthodologies macro et micro utilisées en didactique nous ont été présentées non à travers leurs résultats mais à travers leur pertinence, conformément à une problématique de recherche.

En premier lieu, l’analyse de la transposition didactique nous est présentée comme étant une analyse du phénomène de la diffusion d’un savoir.
Celle-ci peut être de deux ordres, soit descendante ce qui correspond à une analyse des programmes, des prescriptions, des manuels, soit ascendante ce qui correspond à une analyse de la situation d’enseignement.

Puis, la théorie de l’action conjointe en didactique est introduite par la citation de Schubauer-Léoni et Leutenegger, 2005 : « Elle ne se fait ni (que) dans les savoirs ni (que) dans les sujets -enseignants et apprenants- mais dans leur action conjointe (…) pour considérer ce travail de coproduction de connaissances à la lumière des pratiques culturelles qui les légitiment. »  
Ce positionnement de l’analyse qui préserve l’écologie des savoirs scientifiques, permet une rupture avec ce qui se faisait avant. C’est-à-dire, une analyse à portée scientifique du résultat, qui était « une ingénierie protocolaire expérimentale » qui se focalisait plutôt sur ce qui se passait du côté de l’enseignant.

De cette situation nouvelle, qui vise à analyser le contexte clinique (l’ordinaire, phénomène de classe), émergera le « comparatisme » ou la méthodologie clinique expérimentale. Cette méthode permettra, suivant l’étude épistémologique et technologique approfondie de la discipline, le développement d’une composante expérimentale qui sera comparée dans le contexte clinique. Il s’agit d’une mise en tension entre l’analyse à priori des tâches et de l’in situ (Mercier & Salin,1992). « Un didacticien est avant tout un spécialiste de l’objet de ses recherches. Puisque les objets de ses recherches sont en lien direct avec le contenu des savoirs ».

Continuer la lecture de « Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU »

« Expérience corporelle, danse et savoir spatio-géométrique »

La présente note, rend compte de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU.
Il s’agit d’une recherche menée il y a plusieurs années, récemment analysée par deux didacticiennes des mathématiques. Cette intervention revient sur la notion de geste en tant qu’aide à l’étude, « qui sera à la fois le geste corporel mais aussi qui peut être un geste langagier, voire un geste matériel d’organisation de l’étude de l’élève », cette recherche s’intéresse à la question d’interdisciplinarité et de transdisciplinarité et permet également d’aborder l’action conjointe en didactique.

Il s’agissait de proposer à des élèves qui ont une relation extrêmement complexe avec l’espace en termes de représentation et d’appréhension abstraite ; un travail qui passerait par le corps et l’expérience corporelle en danse dans un contexte de recherche formation. Un projet interdisciplinaire reliant la danse et les mathématiques et menant à un savoir véritablement transdisciplinaire.

Tout d’abord, l’espace est une notion polysémique qui révèle en ce sens toute la complexité de ce terme. L’espace en danse, plus précisément la kinésphère (théorisée par Rudolf Laban), se traduit par une sphère immatérielle représentant l’espace environnant pouvant être atteint par les mouvements des membres en extension sans déplacer le corps.

Cette recherche est en adéquation avec les programmes scolaires du cycle 2 en mathématiques (espaces et géométrie). Dans les instructions officielles, la notion d’espace se décline en plusieurs strates : l’espace décrit, l’espace représenté, l’espace schématisé et l’espace géométrique. Ces dernières préconisent le rapport à la conception et à l’abstraction autour des situations spatiales et la modélisation de l’espace. Il s’agit d’un espace vécu sensiblement par des corps agissants ainsi la notion d’abstraction est donc omniprésente révélant ainsi différents enjeux : vivre dans l’espace, prendre de la distance sur le plan cognitif, et pouvoir en faire un savoir utilisable.

Contexte

Ce projet s’adapte à des élèves de cycle 2 en classe ULIS, il s’agit pour les élèves d’apprendre à se repérer dans l’espace environnant, se déplacer, de repérer, s’y orienter et apprendre à utiliser des repères ou des représentations abstraites de l’espace en particulier tracé et lire des plans, jugé très complexe avec des élèves présentant des troubles cognitifs.
« La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées implique un réel effort en vue d’une scolarisation au plus près des besoins des élèves et de leurs familles. Outre les dimensions matérielles que cela implique, cette loi accentue le souci de qualité de l’accueil dans les classes de ces élèves à besoins particuliers et invite les chercheurs en Sciences de l’éducation à prendre à bras le corps les questions spécifiques que pose cet accueil, tant du point de vue de l’organisation que de la formation des enseignants spécialisés, ou encore des problématiques liées à l’enseignement-apprentissage. »

Les problématiques explicitées par Alexandra ARNAUD-BESTIEU sont les
suivantes :

  • Que permet le travail en danse centré sur l’expérience corporelle en l’approche des savoirs spatio-géométrique ?
  • Dans quelles mesures les gestes d’aide à l’étude de l’intervenant chercheur peuvent-ils mener à la co-construction de savoirs difficiles à atteindre avec des élèves relevant de l’inclusion scolaire ?
  • Comment le travail transdisciplinaire autour de l’espace a-t-il pu être co-construit ?

La construction du projet

Cette recherche se focalise sur les savoirs et non pas sur les troubles des élèves, l’enjeu était de mettre en place les milieux didactiques les plus favorables possibles.

Citation de Garel (2007) : « Les capacités sont occultées dès lors qu’elles ne se donnent pas à voir faute d’être sollicitées activement et des sollicitations ambitieuses nécessite de croire en l’éducabilité des élèves en situation de handicap. »

Telle était la philosophie d’intervention.

La structure du module

Module de 12 séances. Tracer le chemin séance 8

Les séances précédentes abordent un travail sur le corps que la mise en
disponibilité sur de l’improvisation. Un travail conséquent sur le corps
en mouvement, la kinésphère, sur le rapport au temps, à l’énergie du mouvement révélant un travail extrêmement sensible.

Julia Brissaud

Article Alexandra Arnaud-Bestieu