La sonification de l’écriture

Présentation de Jean-Luc VELAY et Jérémy DANNA, chercheurs au CNRS
(Laboratoire de neurosciences cognitives) : La sonification de l’écriture.

Leur travail de recherche porte sur l’écriture, notamment le mouvement. La
présentation faite lors du séminaire GCAF du 20 mars 2019 portait essentiellement sur la sonification de l’écriture dans le cadre de la rééducation d’élèves dysgraphiques.

L’écriture est un processus qui permet de retranscrire un langage, en composant le texte (structuration des idées et de la logique), des phrases (grammaire et syntaxe), des mots (lexiques et orthographe), et en traçant des lettres (mouvement), à l’aide d’un scripteur.
Jean-Luc Velay et Jérémy Danna s’intéressent particulièrement à la plus petite unité, et donc à l’écriture manuscrite, au résultat du mouvement effectué. Ils font notamment la distinction entre produit d’écriture et processus. Le produit est la trace laissée sur le support, et le processus est le mouvement qui génère la trace.
Pour des élèves dysgraphiques, le processus d’écriture est beaucoup plus long, le processus attentionnel étant alloué au contrôle.

Jérémy Danna et Jean-Luc Velay se sont donc posé la question de comment aider la rééducation, et comment faciliter l’écriture pour ces enfants ayant un trouble lié à la graphie. Les questionnements se sont tournés vers l’assistance du geste avec un robot, trop coûteux, puis vers l’utilisation des sons de l’écriture.

L’objectif fixé a donc été de fournir un retour auditif qui informe sur le mouvement, et donc de sonifier l’écriture. En effet, le son donne davantage d’informations spatio- temporelles, et est plus dynamique que la vision. Cela permet d’exploiter un autre canal que ceux naturellement utilisés. Il s’agit alors d’une intégration multisensorielle avec la vision et la proprioception, qui est également source d’émotion et de motivation. L’hypothèse de départ était donc que cela permettrait de contrôler et de
corriger l’écriture en temps réel.

La sonification consiste à transformer des mouvements du stylo en sons. Les notions de fluidité ou de saccade sont associées à des sons mélodieux ou non mélodieux, afin de renseigner sur la qualité du mouvement. 
Par la suite, les psychomotriciens et les enfants ont verbalisé la pénibilité des sons à répétition, ce qui a fait évoluer la stratégie de recherche vers une sonification musicale de l’écriture. L’aspect concernant les émotions véhiculées par les différents choix de musique a d’abord été sous-estimé, et il a amené ensuite la possibilité pour l’enfant de choisir la musique, permettant de rendre l’exercice plus ludique pour eux.

Les résultats de leur recherche ont démontré qu’il semble très intéressant d’associer la musique au geste graphique pour des élèves dysgraphiques, pour apprendre un mouvement correct, c’est à dire fluide, rapide et précis, en laissant une trace correcte, et donc lisible.

Les limites de leur recherche se trouvent dans le fait que les enfants rééduqués avec la sonification de l’écriture doivent ensuite pouvoir écrire sans le son, sans association forcée qui pourrait conduire à une sorte de synesthésie.

Lola Papon

Article Jérémy Danna et Jean-Luc Velay

La formation professionnelle des enseignants de musique à l’école : Parcours de formation, gestes professionnels et identité professionnelle ?

Le séminaire GCAF du 20 mars 2019 accueillait François Joliat. Professeur à la Haute école pédagogique des cantons de Berne, Jura et Neuchâtel (HEP-BEJUNE) en Suisse, François Joliat est également formateur des enseignants généralistes à la didactique de l’enseignement musical et aux arts vivants, ainsi que chargé d’enseignement dans le domaine de la recherche en pédagogie musicale au CNSMD de Paris.
Son travail s’intéresse au développement musical et à la professionnalisation de l’enseignement musical.

La communication du 20 mars présente cinq recherches qui traversent les deux thématiques suivantes:

  • la professionnalisation de l’enseignement de la musique à l’école et au conservatoire
  • les formations à l’enseignement musical

Pour la première thématique, le besoin de renseigner par la recherche la professionnalité des enseignants de musique conduit à plusieurs problématiques: Quelles sont les bases de connaissance et les gestes professionnels partageables par le professeur ? Comment développer l’identité professionnelle, les attentes de formation des futurs enseignants de musique ? Et enfin, comment développer l’identité culturelle et les conditions de la transmission culturelle des enseignants de
musique ?

Pour la seconde thématique, le besoin de renseigner par la recherche le professionnalisme des enseignants de musique conduit à s’interroger sur la manière de rendre compte de son travail face aux attentes de la profession et aux politiques éducatives.
Pour répondre aux interrogations proposées, les résultats de différentes recherches sont proposés : le projet païdeia mené avec M. Lebrun, les projets u-teach menés avec P.Terrien et A. Güsewell, et le projet FNS So-lead mené avec S. Stadler-Elmer et al.

Cette synthèse se propose d’approfondir le projet u-teach qui cherche à répondre aux avancées des connaissances dans les ouvrages professionnalisants afin de guider l’action des enseignants de
musique.

En Suisse et en France depuis une quinzaine d’années la formation en recherche est un élément phare du processus de professionnalisation des institutions universitaires qui forment les futurs enseignants musiciens généralistes et spécialistes pour l’école et le conservatoire. D’une part,
l’intégration de la recherche dans les cursus de formation professionnelle à l’enseignement musical constitue un mode privilégié de production de savoir sur et pour les professions. Et d’autre part, les ouvrages professionnels à l’intention de la profession constituent un moyen de poursuivre la formation tout au long de la vie des enseignants de musique.
Il existe trois postures d’écriture dans les écrits professionnels : la posture autogénique qui repose sur un discours réflexif et qui décrit l’état intime de la pensée de l’auteur, ses représentations sur des connaissances et un objet de savoir sans références aux sources qui la documentent. La posture
professionnelle repose quant à elle sur un discours argumentatif de type auctorial. Pour finir, la posture académique/critique s’appuie sur un discours scientifique qui tend à l’exhaustivité et qui articule son texte dans les règles de l’art à l’intention de la communauté scientifique, en reformulant des positions théorique et méthodologiques et en confrontant et discutant des points de vue.
La constitution et l’analyse selon différents marqueurs, d’un échantillon de 16 ouvrages parus en langue française entre 2006 et 2018 constitue la base méthodologique de cette recherche. Les marqueurs étudiés sont l’année de parution, la biographie de l’auteur, les thématiques abordées, les théories scientifiques mobilisées, les postures d’écritures et les références bibliographiques.
Les résultats proposés font état de la pauvreté de la production d’ouvrages francophones pour le développement professionnel des enseignants durant la période observée (en regard des pays anglo-saxons et de l’Allemagne), et de la pauvreté des connaissances scientifiques mobilisables dans ces
ouvrages. Il semble également que la professionnalisation n’ait pas encore été investie dans les publications professionnelles de ces dernières années. C’est le statut de l’auteur qui détermine le degré de littératie scientifique mobilisable pour l’action enseignante et seules les publications produites par des enseignants-chercheurs professeurs permettent un développement professionnel parce que les concepts permettent acculturer les professionnels à la discipline par un parcours de lecture construit à leur intention.

Bibliographie proposée en lien avec la communication :

Joliat, F. (2017). Former à l’enseignement musical scolaire. Revue musicale suisse (RMS),1/2, 10-11.
Joliat, F. (2011). La musique dans les classes de Suisse romande : l’affaire des pédagogues, des méthodologues ou des chercheurs ? In J.-L. Leroy & P. Terrien (Éd.), Perspectives actuelles de la recherche en éducation musicale (pp. 141-151). Paris : L’Harmattan.
Joliat, F. (Éd.) (2011). La formation des enseignants en musique : état de la recherche et vision des formateurs. Paris : L’Harmattan.
Joliat, F. (2010). La mesure de l’aptitude musicale : ses théories, ses outils et ses résultats. Médecine des arts, 67, 30-43.
Joliat, F., Güsewell, A. & Terrien, P. (Éds.) (2017). Les identités professionnelles des professeurs de musique. Paris : Delatour.
Terrien, P., Güsewell, A. & Joliat, F. (2018). Entre théorie et pratique : analyse comparative de deux établissements de formation de professeurs de musique en conservatoire en France et en Suisse.