« Expérience corporelle, danse et savoir spatio-géométrique »

La présente note, rend compte de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU.
Il s’agit d’une recherche menée il y a plusieurs années, récemment analysée par deux didacticiennes des mathématiques. Cette intervention revient sur la notion de geste en tant qu’aide à l’étude, « qui sera à la fois le geste corporel mais aussi qui peut être un geste langagier, voire un geste matériel d’organisation de l’étude de l’élève », cette recherche s’intéresse à la question d’interdisciplinarité et de transdisciplinarité et permet également d’aborder l’action conjointe en didactique.

Il s’agissait de proposer à des élèves qui ont une relation extrêmement complexe avec l’espace en termes de représentation et d’appréhension abstraite ; un travail qui passerait par le corps et l’expérience corporelle en danse dans un contexte de recherche formation. Un projet interdisciplinaire reliant la danse et les mathématiques et menant à un savoir véritablement transdisciplinaire.

Tout d’abord, l’espace est une notion polysémique qui révèle en ce sens toute la complexité de ce terme. L’espace en danse, plus précisément la kinésphère (théorisée par Rudolf Laban), se traduit par une sphère immatérielle représentant l’espace environnant pouvant être atteint par les mouvements des membres en extension sans déplacer le corps.

Cette recherche est en adéquation avec les programmes scolaires du cycle 2 en mathématiques (espaces et géométrie). Dans les instructions officielles, la notion d’espace se décline en plusieurs strates : l’espace décrit, l’espace représenté, l’espace schématisé et l’espace géométrique. Ces dernières préconisent le rapport à la conception et à l’abstraction autour des situations spatiales et la modélisation de l’espace. Il s’agit d’un espace vécu sensiblement par des corps agissants ainsi la notion d’abstraction est donc omniprésente révélant ainsi différents enjeux : vivre dans l’espace, prendre de la distance sur le plan cognitif, et pouvoir en faire un savoir utilisable.

Contexte

Ce projet s’adapte à des élèves de cycle 2 en classe ULIS, il s’agit pour les élèves d’apprendre à se repérer dans l’espace environnant, se déplacer, de repérer, s’y orienter et apprendre à utiliser des repères ou des représentations abstraites de l’espace en particulier tracé et lire des plans, jugé très complexe avec des élèves présentant des troubles cognitifs.
« La loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances des personnes handicapées implique un réel effort en vue d’une scolarisation au plus près des besoins des élèves et de leurs familles. Outre les dimensions matérielles que cela implique, cette loi accentue le souci de qualité de l’accueil dans les classes de ces élèves à besoins particuliers et invite les chercheurs en Sciences de l’éducation à prendre à bras le corps les questions spécifiques que pose cet accueil, tant du point de vue de l’organisation que de la formation des enseignants spécialisés, ou encore des problématiques liées à l’enseignement-apprentissage. »

Les problématiques explicitées par Alexandra ARNAUD-BESTIEU sont les
suivantes :

  • Que permet le travail en danse centré sur l’expérience corporelle en l’approche des savoirs spatio-géométrique ?
  • Dans quelles mesures les gestes d’aide à l’étude de l’intervenant chercheur peuvent-ils mener à la co-construction de savoirs difficiles à atteindre avec des élèves relevant de l’inclusion scolaire ?
  • Comment le travail transdisciplinaire autour de l’espace a-t-il pu être co-construit ?

La construction du projet

Cette recherche se focalise sur les savoirs et non pas sur les troubles des élèves, l’enjeu était de mettre en place les milieux didactiques les plus favorables possibles.

Citation de Garel (2007) : « Les capacités sont occultées dès lors qu’elles ne se donnent pas à voir faute d’être sollicitées activement et des sollicitations ambitieuses nécessite de croire en l’éducabilité des élèves en situation de handicap. »

Telle était la philosophie d’intervention.

La structure du module

Module de 12 séances. Tracer le chemin séance 8

Les séances précédentes abordent un travail sur le corps que la mise en
disponibilité sur de l’improvisation. Un travail conséquent sur le corps
en mouvement, la kinésphère, sur le rapport au temps, à l’énergie du mouvement révélant un travail extrêmement sensible.

Julia Brissaud

Article Alexandra Arnaud-Bestieu

La théorie du langage gestuel de Wilhelm Wundt : anatomie d’un modèle psycholinguistique.

Le programme GCAF a eu le plaisir de recevoir le 13 Fevrier 2019, David Romand, chercheur postdoctoral au centre Gilles-Gaston Granger de l’université d’Aix-Marseille, faisant un récapitulatif des travaux allemands en psychologie, fin XIXème début XXième siècle.

Celui-ci nous résume la vie scientifique de Wilhelm Wundt (1832-1920) :
psychologue ; philosophe et professeur d’université en Allemagne, étant considéré comme le fondateur de la psychologie expérimentale. Ses travaux, ayant établi la psychologie comme science empirique, ont irrigué d’autres disciplines comme la philosophie ; l’art ; et ici le langage.
Wundt considère le langage gestuel comme une forme de langage à part entière s’organisant en véritable système linguistique caractérisé par une sémiotique, une sémantique et une syntaxe. S’appuyant sur l’ouvrage de Wilhelm Wundt « Die Sprache » (1900), conçu comme une analyse systématique du fait langagier, David Romand présente un état des lieux de la théorie du langage gestuel.

Romand nous indique l’importance des travaux de Wundt à son époque : l’allemand interrogea le langage gestuel sur la base de la psychologie. Le langage gestuel, à l’instar du langage parlé, communique grâce au moyen d’action motrice motivé par nos « mouvements expressifs », manifestation physique de nos états affectifs. Ce dernier se penche sur le langage gestuel (Gebärdensprache), second chapitre de « Die Sprache », en insistant sur les apports de Wundt considérant le langage gestuel comme un ensemble organisé de gestes langagiers (Sprachgebärden) : nos représentations visuelles, se muant en gestes langagiers par nos mouvements des
membres antérieurs et du visage, manifestent nos états mentaux. Ce chapitre, dont Romand nous résume les éléments primordiaux, expose une proposition relative de la nature du langage gestuel.

Dans sa présentation, Romand décrit et met en image une typologie des différents gestes langagiers où ceux-ci sont hiérarchisés (indicatifs, reproductifs, connotatifs et symboliques) et déclinés entre eux, soulignant comment Wundt met en liaison la sémiotique du geste, dans un continuum aboutissant au geste symbolique, valeur arbitraire du signe.

Un échange fort instructif eut lieux entre Romand et les chercheurs ; doctorants ; masterants du GCAF en relation avec les différentes déclinaisons du geste. Les notions comme « gestes plastiques » et « gestes graphiques » (gestes reproductifs) ont suscité des réactions pertinentes dans sa compréhension en tant que geste vectoriel, et geste métier de l’artiste plastique.

Sébastien Huet

Résumé proposé par David Romand

Article de David Romand