Éric Tortochot et son rapport au geste créatif et à l’activité formative.

Éric Tortochot
Maître de conférences
Didactique du design (enseignements artistiques et technologiques)
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé)
Co-responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative » (GCAF)
Équipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Évaluation-Formation (EA 4671 ADEF)

Maître de conférences
Didactique du design (enseignements artistiques et technologiques)
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation (Inspé)
Co-responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative » (GCAF)
Équipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Évaluation-Formation (EA 4671 ADEF)

Une didactique de l’enseignement du design ?

La didactique de l’enseignement du design est à construire. Elle est aujourd’hui l’objet de travaux d’un grand nombre de chercheurs qui publient en langue anglaise sur la pédagogie du design (« design learning ») mais ne trouvent que peu d’écho en France, voire sont ignorés. Le programme GCAF est une opportunité de développer la recherche sur ce point. L’enjeu est de montrer l’intérêt de croiser des cadres théoriques et méthodologiques divers. D’un côté, il y a la démarche francophone centrée sur la didactique (les didactiques disciplinaires sur des corps de savoirs, ou la didactique professionnelle sur l’agir professionnel), de l’autre il y a l’intérêt pour la démarche pédagogique des auteurs anglo-saxons avec le PCK (Pedagogical Content Knowledge). La théorie de l’activité propre aux sciences cognitives (psychologie génétique et socioconstructiviste, psychologie du travail, ergonomie) ouvre la voie à la compréhension de l’activité de conception. L’étude des signes produits par l’activité à travers les différentes formes d’énonciation (sciences du langage : linguistique, sémiotique, etc.) est aussi un moyen d’analyser les interactions entre les différents acteurs de la cocneption (Romain, Rey, Tortochot, Pereira, & Seoane, 2019 ; Tortochot, Moineau, & Farsy, à paraître). Par ailleurs, en conjuguant les travaux sur le geste (ethnologie, anthropologie, phénoménologie), sur l’histoire des formes et curriculums d’enseignement des arts appliqués et du design (histoire de l’éducation, histoire de l’art et du design), il est envisageable de commencer à contribuer autant à une épistémologie de la pratique du design et de son enseignement qu’à la compréhension des modalités de circulation des savoirs, savoir-faire, savoir-être entre les situations professionnelles et les situations d’apprentissage.

Continuer la lecture de « Éric Tortochot et son rapport au geste créatif et à l’activité formative. »

Jean-Pierre Moreau et son rapport au geste créatif et à l’activité formative.

Jean-Pierre MOREAU
Compositeur, Président du laboratoire Musique et Informatique de Marseille (le MIM),
Aix Marseille Univ., CNRS, PRISM « Perception, Représentations, Image, Son, Musique », Marseille, France
Membre du groupe de recherche CLeMM « Créations, Langage en Musique et Musicologie », Aix-en-Provence, France
Membre du programme « Le geste créatif et l’activité formative »
Equipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Evaluation-Formation (EA 4671 ADEF)

Afin de mettre en évidence le lien existant entre mes recherches et le geste créatif et l’activité formative, je propose un article “La vidéomusique, l’art du devenir en relation”, paru dans le n° d’avril 2019 de L’éducation musicale. Il fait suite à une communication que j’ai faite pour le CLeMM (Création et Langage en Musique et Musicologie) à la Faculté ALLSH d’Aix-en-Provence le 22 janvier dernier, et me semble convenir aux attendus.

Continuer la lecture de « Jean-Pierre Moreau et son rapport au geste créatif et à l’activité formative. »

Pascal Terrien et son rapport au geste créatif et à l’activité formative.

Pascal Terrien
Professeurs des universités
Didactique de la musique et des arts
Aix-Marseille Université (AMU) – Institut national supérieur du professorat et de l’éducation
(Inspé)
Responsable du programme « Le geste créatif et l’activité formative »
Equipe d’accueil Apprentissage-Didactique-Evaluation-Formation (EA 4671 ADEF)
Directeur-adjoint de la structure fédérative en éducation de Provence (FED 4238 SFERE-
Provence)

La création de ce programme « Le geste créatif et l’activité formative » contribue aux développement de travaux de recherches scientifiques pluridisciplinaires dans le domaine de la didactique et des théories de l’activité. Ce programme souhaite apporter des explications, voire des réponses, aux questions que posent la singularité du geste créatif dans la formation des apprenants. Il souhaite aussi questionner le paradigme d’une didactique transdisciplinaire en confrontant les cadres théoriques et méthodologiques des chercheurs. Il s’agit de comprendre et d’expliquer ce qui fait la singularité du geste créatif dans le domaine de l’éducation. Si les recherches de ce programme sont centrées sur la didactique de la musique
et des arts, les chercheurs de l’équipe les requestionnent et les font dialoguer avec des cadres théoriques et des méthodologies divers qui les enrichissent sans cesse.
Mes travaux de chercheur sont nourris par ma réflexion de musicien. Comment s’approprie-t- on un nouveau savoir, un nouveau savoir-faire ? Que suscite comme réflexions, comme actions, un objet de savoir ? Quel impact peut avoir les milieux sur les activités d’enseignement ou d’apprentissage ? Comment permettre à l’élève de soutenir un effort, de persévérer, de se réengager dans un apprentissage ? etc. Ces quelques questions interrogent la nature et les fonctions d’un geste qu’il soit d’enseignement ou d’apprentissage. C’est certainement parce que la musique est un art vivant, inscrit simultanément dans le temps long et de l’instant, qu’elle échappe à un enseignement axiomatique. Cette multi dimension du temps et de ses enjeux dans les situations d’enseignement-apprentissage m’a conduit à définir la notion de musicologie didactique et de palimpseste didactique.

Continuer la lecture de « Pascal Terrien et son rapport au geste créatif et à l’activité formative. »

Les carnets de GCAF

Le programme GCAF s’appuie sur un cadre théorique pluridisciplinaire, en vue d’étudier les dimensions créatives des gestes des enseignants / formateurs / intervenants et des apprenants. Ces carnets présentent l’activité du programme à travers le séminaire qui le structure et les rencontres pluridisciplinaires qu’il favorise, les événements qu’il organise, les publications qu’il propose, etc.

Les carnets de GCAF ont pour but d’identifier, inventorier, expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage. Ils ont aussi pour finalité étudier d’étudier, d’analyser l’activité créatrice pour penser la formation des enseignants et comprendre l’activité de l’élève.

Objectifs :
Les recherches développées au sein du programme croisent et fédèrent des approches plurielles, explorant une didactique « transdisciplinaire », tout en étant délimitées par quelques objectifs fondamentaux.
► Identifier, inventorier, voire expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage, sa conception et les interactions qu’elle engendre, à la lumière des pratiques d’enseignement/apprentissage et de la création artistique professionnelle (à la recherche d’une épistémologie du travail enseignant).
► Étudier, analyser l’activité créatrice, quelle que soit la discipline, et caractériser ses relations à la formation et à l’étude par l’observation des tâches prescrites et celles qui sont réalisées et par une réflexion sur les gestes :

  • pour penser la formation des enseignants non comme une juxtaposition de savoirs disciplinaires mais comme une composition de savoirs disciplinaires ;
  • pour comprendre l’activité de l’élève non comme une juxtaposition d’activités mais comme une composition de celles-ci.

► Accompagner les enseignants à concevoir des dispositifs efficients à partir de situations d’enseignement, de recherche ou d’apprentissage.

Contexte :
GCAF s’inscrit dans un contexte de renouvellement des pratiques enseignantes, notamment dans le domaine des arts à l’école (PEAC, EPI) ou de la préparation au métier d’enseignants (tant en formation initiale qu’en formation continue) et des pratiques artistiques (développement des résidences, ateliers avec public scolaire, artistes intervenants, etc.).
Les travaux engagés durant les deux premières années de séminaire (2017-2018, 2018-2019) ont permis de défricher les enjeux de cette recherche. Organisé une fois par mois, le séminaire a alterné des présentations d’enseignants-chercheurs (EA 4671 ADEF, EA 3273 Psyclé, UMR 7309 LPL, UMR 7304 Centre Gilles Gaston
Granger, UM 7061 PRISM, UMR 7290 LPC, MIM, UMR 7291 LNC, EA 3274 LESA, HEP-BEJUNE, HEP-VAUD, etc.), artistes invités (Hervé Sellin, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, Jean-Pierre Moreau, etc.), doctorants et masterants inscrits dans le programme.

L’équipe du programme GCAF a pour ambition de relire la notion de gestes liés à une activité d’enseignement ou d’apprentissage en analysant les pratiques créatives des enseignants et des élèves qui à partir de situations contraintes développent une activité.
a. L’enseignant dans les disciplines artistiques et non-artistiques, confronté aux approches transdisciplinaires (par ex : Danse et Mathématiques ; Arts plastiques et Musique ; Musique et Sciences Physiques ; Arts appliqués et Technologie ; Histoire-Géographie-EMC et Musique ; Danse et Français ; etc.).
b. Le concepteur novice ou aguerri, praticien réflexif, autorégulant son activité en la recomposant en situation professionnelle (dédoublement cognitif à partir des représentations de modèles d’artefact).
c. L’apprenant confronté à l’expérience prise au sens de l’énaction présidée par l’attention.
d. La lutte contre le décrochage scolaire.

Méthodologie :
Le programme GCAF croise les approches méthodologiques (notamment en didactique, ergonomie et poïétique mais aussi en sociologie, en psychologie) pour analyser les situations d’enseignement-apprentissage et/ou de formation et de caractériser les dimensions créatives des gestes à l’aide d’observations sur le terrain (ateliers, stades, classes, etc.), d’entretiens, de questionnaires, de récits de pratiques.

Planification des travaux sur 4 ans :
Ce qui a été fait durant les 1 e et 2 e années (2017-2019)

  • Délimitation des notions de geste métier-professionnel-créatif en arts et autres disciplines à partir d’analyse de situations créatrices.
  • Création de collectifs de travail autour de cette notion.
  • Mise en place de partenariats avec d’autres enseignants-chercheurs d’autres laboratoire d’AMU intéressés par cette thématique (cf. SFERE-Provence), et d’autres universités françaises ou établissements supérieurs (CNSMD, Paris I Sorbonne, Bordeaux-Montaigne, etc.), et étrangères (PRCI de l’ÉSPÉ : UQAM, Université Laval, HEP-BEJUNE, HEP-Vaud, HEMU de Lausanne, Université de Luxembourg, etc.).
  • Recueils de données et analyse des situations.
  • Séminaires de travail interne et externe.
  • Organisation de deux colloques (« Créer pour éduquer » I et II) et d’une journée d’étude sur les notions de geste et d’activité à la lumière des premiers travaux (LNC, HEP-BEJUNE, ADEF, CFMI).
  • Publication d’un ouvrage collectif (mai 2019).
  • Dépôt d’articles auprès d’une revue pour un projet de numéro collectif.
  • Dépôt d’un projet d’ANR-FNS franco-suisse (« Muzteach »).
  • 3 Projets de recherche-terrain-formation (DAFIP Aix-Marseille) : l’orchestre à l’école en REP+ ; la danse et les apprentissages en REP+ ; l’expression orale en école primaire REP+).
  • Organisation d’un symposium au CRIFPE 2019 (avec l’UQAM, Bordeaux-Montaigne, le CNSMD, l’université du Luxembourg).
  • Validation d’une école d’été sur le numérique et l’activité de création (DigCREEAT mise en œuvre en 2020).
  • Un fond d’intervention pédagogique (FIP) pour concevoir un CV créatif sous forme de portrait graphique (eportfolio d’AMU et travail avec l’équipe internationale de l’application Open Source Karuta).
  • Soutien et accompagnement de Masterants et de doctorants.
  • Soutien aux projets de jeunes chercheurs (cf. FED 4238 SFERE-Provence).

3 e année (2019-2020)

  • Poursuite des travaux d’analyse et de recherche sur ces questions dans un cadre élargi aux questions méthodologiques par une « confrontation » aux différents partenaires.
  • Redéfinition du périmètre des notions sur lesquelles le programme travaille (générique vs spécifique).
  • Participation collective à des événements scientifiques nationaux et internationaux
  • Organisation d’un colloque international avec les partenaires de recherche
  • Inscription de cette démarche dans les formations du futur INSPE Aix-Marseille (et du projet de pôle pilote).
  • Renforcement méthodologique de soutien aux masterants, doctorants et projets de jeunes chercheurs

4 e année (2020-2021)

  • Finalisation des travaux et des publications autour des notions.
  • Travail sur et développement du rayonnement des recherches à l’aide des outils conventionnels et
    numériques.
  • Etc.