Les membres du programme GCAF communiquent leurs travaux au CRIFPE de Montréal (29 et 30 avril 2021)

Jeudi 29 avril

15H30 (9H30, Montréal), J208, Manon Ballester : La pratique instrumentale : un vecteur de développement des habiletés métacognitives et de l’esprit critique à l’école primaire

17H15 (11h15, Montréal), J319, Julia Brissaud : Le dispositif « Tinkering for Learning » : impact sur le renforcement des savoirs fondamentaux dans la formation des apprenants

Destiné initialement à la formation des professeurs, le dispositif Tinkering for Learning vise le développement de compétences professionnelles et un perfectionnement de leurs pratiques enseignantes (Bianchi, 2017), pouvant influencer les apprentissages des élèves. L’état de la littérature a permis de constater que ce dispositif contribue à l’acquisition des savoirs en mettant le sujet en activité (Resnick et Rosenbaum, 2013). Cette approche impliquant la pratique du bricolage et l’éducation expérientielle (Bianchi et Chippindall, 2018) permet d’accroître les capacités de résolution de problèmes, de former des apprenants à penser de façon logique et autonome (Morrison, 2006) et de développer des habiletés métacognitives. Cette recherche s’inscrit dans la didactique des arts (Gaillot, 2012; Espinassy et Terrien, 2019) et s’intéresse aux sciences cognitives (Flavell 1979; Brown, 1987), plus précisément à l’habileté métacognitive d’autorégulation (Büchel et Paour, 2005). J’émets l’hypothèse que le dispositif Tinkering for Learning appliqué à l’enseignement des arts plastiques et mobilisant l’habileté métacognitive d’autorégulation permet de renforcer l’acquisition de savoirs fondamentaux comme le respect d’autrui. Cette communication présentera une revue de la littérature abordant l’impact du dispositif Tinkering for Learning sur le renforcement d’habiletés métacognitives (Lafortune, Jacob et Hébert, 2000) par l’enseignement et l’acquisition des savoirs fondamentaux à l’école primaire.

19h45 (13h45, Montréal), J500, Lola Papon : Épistémologie du décrochage et de la persévérance scolaires : vers une approche systémique centrée sur l’élève

20H00 (14H00, Montréal), J609, Nathalie Rezzi : Construire une polyvalence créatrice de liens pour une cohésion des enseignements dans le premier degré

L’Institut national supérieur du professorat et de l’éducation Aix-Marseille Université (Inspé-AMU) a conçu des modules interdisciplinaires (Rege-Colet, 2002) afin de répondre à la prescription institutionnelle demandant à l’enseignant du premier degré de « tirer parti de sa polyvalence pour […] assurer la cohésion du parcours d’apprentissage de l’élève » (MEN, 2013). Ces modules sont destinés aux étudiants et étudiantes inscrits en première année de formation pour devenir professeurs des écoles. Cette communication se propose d’analyser dans quelle mesure cette pratique de formation interroge les étudiants sur l’activité polyvalente du professeur des écoles. Si les modules interpellent les apprenants dans leurs représentations et appréhensions du métier, nous verrons qu’ils interrogent aussi les formateurs dans leurs propres pratiques. L’étude prend appui sur une enquête par questionnaires destinés aux étudiants et à leurs enseignants. L’hypothèse est que l’interdisciplinarité telle qu’elle est pensée dans les modules permet de développer une polyvalence créatrice de liens au service de la réussite des élèves.

Vendredi 30 avril

14H00 (8H00, Montréal), V107, Emeline Roy et Christophe Moineau : Gestes et postures de l’enseignant d’arts appliqués

Les enseignants d’arts appliqués de lycée professionnel français sont constamment amenés à mobiliser, adapter et combiner différents gestes pour atteindre leurs objectifs. Ces « préoccupations » se succèdent, se chevauchent, s’influencent lors de la séance et font varier leurs « postures d’étayage » (Bucheton & Soulé, 2009). Cette communication a pour but de présenter et d’analyser ces différents gestes professoraux et les postures qui en découlent. L’hypothèse est que l’enseignant débutant favorise la « posture de contrôle » alors que l’enseignant expérimenté s’adapte en fonction de ce qu’il perçoit de l’activité des élèves. Les vidéoscopies de huit séances sont analysées au moyen du « multi-agenda de préoccupations enchâssées ». Pour discriminer les différents gestes, des « indicateurs de nature » sont associés à chacune des « macro-préoccupations » (Brudermann et Pélissier, 2008, p. 25), les définissant ainsi de manière plus précise. Les résultats montrent que les enseignants expérimentés mobilisent une plus grande diversité de gestes professoraux. Malgré de nombreux gestes disciplinaires, associés à des adressages bienveillants, ils parviennent à diversifier leur posture au gré de l’activité des élèves. Les enseignants débutants, quant à eux, montrent plus de difficultés à sortir d’une posture de contrôle.

14H00 (8H00, Montréal), V105, Pascal Terrien : Le palimpseste didactique

Notre communication porte sur les résultats d’une recherche réalisée entre 2017 et 2019 sur les pratiques professionnelles des musiciens intervenants à l’école. À partir de données collectées auprès des professeurs sur la planification, la réalisation et l’évaluation de leur action, nous avons posé l’hypothèse que les pratiques enseignantes ou apprenantes dépendent de plusieurs milieux au sein d’un milieu didactique (Amade-Escot et Venturini, 2009). Il nous est apparu qu’il s’agit de différentes strates de milieux qui interagissent entre elles, contrarient les activités et créent un palimpseste didactique (Terrien, 2015, 2017). Nous avons étudié les actions qui ne manquent pas de contraindre le milieu didactique et qui modifient l’intervention de l’enseignant auprès des apprenants. L’analyse de ces actions permet d’approfondir l’évaluation des activités réalisées lors de la séance. La méthodologie de cette étude repose sur l’analyse des préparations écrites des enseignants, celle a priori des vidéos des séances, des entretiens semi-directifs (ante) et d’autoconfrontation (post) à partir des vidéos. Ces entretiens font l’objet d’une analyse sémantique (Greimas, 1966; Lebahar, 1995; Prieto, 1975) permettant de faire émerger le réel de l’activité des enseignants, et ainsi de mieux comprendre ce qui a pu l’empêcher d’agir.

14H00 (8H00, Montréal), V116, Eric Tortochot : L’élève, la table et le dessin : postures, gestes, instruments

Notre proposition prend appui sur une étude du comportement d’élèves de CAP et baccalauréat professionnel dans trois situations d’enseignement des Arts appliqués et cultures artistiques en lycée professionnel, en France. Nous présenterons la méthodologie et les résultats qui donnent une lecture de type anthropologique, psychologique et didactique des processus d’enseignement-apprentissage du dessin. Cette étude montre comment un milieu didactique impensé par les professeurs (et pourtant connu, notamment à travers leurs propres représentations sur les gestes du dessin) et parfois subi, les conduit à valider un processus imparfait. Non seulement le corps de l’apprenant n’entre pas en tension avec l’instrument du dessin (outils de tracé, supports, plan de travail, etc.), sinon par nécessité incontrôlée, mais il n’est pas considéré comme un élément fondamental à l’acquisition des différents savoirs (savoir-faire, savoir-être, voire savoir-dire). En revanche, il apparaît que les élèves font avec la situation et qu’ils contournent les contraintes, voire les obstacles, pour réaliser, malgré tout, la tâche prescrite et, de fait, les gestes instrumentaux nécessaire à la production graphique.

14H50 (8H50, Montréal), V216, Pascal Terrien : La petite fille et la contrebasse, ou le corps et l’artefact instrumental

Notre proposition s’appuie sur une étude du comportement de trois élèves de 6 ans qui découvrent la contrebasse. Nous décrirons la méthodologie et les résultats obtenus qui permettent de mieux comprendre les processus enseignement-apprentissage par le corps. Cette étude montre comment un milieu didactique pensé par l’enseignant à partir de ces propres représentations sur l’appropriation des premiers gestes sur l’instrument (Terrien, 2017, 2015, Terrien et al. 2019) le conduit à élaborer un dispositif didactique où le corps de l’apprenant entre en tension avec l’artefact (la contrebasse) qu’il doit s’approprier. Nous observerons que si l’artefact contraint l’apprenant dans son acquisition des différents savoirs (savoir-faire, savoir-être, voire savoir-dire), il apprend à contourner ses contraintes pour réaliser les gestes instrumentaux nécessaires à la production sonore.

16H15 (10H15, Montréal), V309, Eric Tortochot : L’enseignement du design en lycée professionnel : contraintes du milieu didactique et préoccupations des professeurs débutants

Les pratiques professionnelles de trois enseignants qui débutent ont été observées dans des classes de lycée professionnel en France. Le dispositif est celui d’un enseignement général obligatoire d’une heure hebdomadaire, intitulé « Arts appliqués et cultures artistiques ». Cet enseignement sensibilise aux questions de la conception et de la créativité. Il vise le développement des compétences artistiques et citoyennes d’élèves souvent en difficulté scolaire (Cusenier et Tortochot, 2019). L’hypothèse formulée suppose que les pratiques enseignantes, parce qu’elles dépendent de plusieurs milieux au sein d’un milieu didactique engendré par la situation de classe (Terrien, 2016), sont parfois empêchées. La méthodologie de l’étude repose sur l’analyse a priori des vidéos des séances et a posteriori des entretiens d’autoconfrontation et d’autoconfrontations croisées. Ces entretiens font l’objet d’une analyse de type sémio-cognitif (Lebahar, 2009) permettant de faire émerger le réel de l’activité des enseignants, et ainsi de mieux caractériser le milieu didactique. Les premiers résultats portent à croire que les contraintes imposées par les milieux (savoirs professionnels, multiagenda de l’enseignant, les élèves qui font leur métier et apportent leurs préoccupations dans la classe, etc.) modifient la place des enseignants débutants dans le milieu. Ces modifications permettent de mieux comprendre ce qui peut les empêcher d’agir.

Emeline Roy

Attachée temporaire d'enseignement et de recherche à Aix-Marseille Université, UR ADEF, programme GCAF.

More Posts - Website

Follow Me:
LinkedIn


Emeline Roy

Attachée temporaire d'enseignement et de recherche à Aix-Marseille Université, UR ADEF, programme GCAF.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search