Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU

Le 09 octobre 2019.

Les méthodologies macro et micro utilisées en didactique nous ont été présentées non à travers leurs résultats mais à travers leur pertinence, conformément à une problématique de recherche.

En premier lieu, l’analyse de la transposition didactique nous est présentée comme étant une analyse du phénomène de la diffusion d’un savoir.
Celle-ci peut être de deux ordres, soit descendante ce qui correspond à une analyse des programmes, des prescriptions, des manuels, soit ascendante ce qui correspond à une analyse de la situation d’enseignement.

Puis, la théorie de l’action conjointe en didactique est introduite par la citation de Schubauer-Léoni et Leutenegger, 2005 : « Elle ne se fait ni (que) dans les savoirs ni (que) dans les sujets -enseignants et apprenants- mais dans leur action conjointe (…) pour considérer ce travail de coproduction de connaissances à la lumière des pratiques culturelles qui les légitiment. »  
Ce positionnement de l’analyse qui préserve l’écologie des savoirs scientifiques, permet une rupture avec ce qui se faisait avant. C’est-à-dire, une analyse à portée scientifique du résultat, qui était « une ingénierie protocolaire expérimentale » qui se focalisait plutôt sur ce qui se passait du côté de l’enseignant.

De cette situation nouvelle, qui vise à analyser le contexte clinique (l’ordinaire, phénomène de classe), émergera le « comparatisme » ou la méthodologie clinique expérimentale. Cette méthode permettra, suivant l’étude épistémologique et technologique approfondie de la discipline, le développement d’une composante expérimentale qui sera comparée dans le contexte clinique. Il s’agit d’une mise en tension entre l’analyse à priori des tâches et de l’in situ (Mercier & Salin,1992). « Un didacticien est avant tout un spécialiste de l’objet de ses recherches. Puisque les objets de ses recherches sont en lien direct avec le contenu des savoirs ».

Concernant le contexte clinique, des éléments seront apportés au sujet de la composante. Ainsi, un contrat de recherche est proposé à ou aux intervenants (enseignants). Les participants (élèves, groupes…) et leurs variables seront définis. Les temps seront également à déterminer, courts, sur une séance d’une heure par exemple ou longs, sur une séquence de 9 séances. 
Enfin, sera à définir suivant ce que l’on souhaite observer, le choix des techniques d’observation. La captation vidéo qui offre l’avantage de pouvoir analyser la gestuelle et le verbal. L’observation direct qui se fait à partir d’une grille d’observation prédéfinie. Les entretiens, celui qui permet de comprendre les systèmes de représentations et des pratiques sociales (ce que l’enseignant porte en lui). L’entretien visé qui permet d’analyser les faits mais aussi le vécu de l’enseignant face aux situations (ex : plan émotionnel). Sera ensuite proposé, l’entretien semi-directif de type compréhensif (Kaufman, 1996) ou encore l’auto-confrontation.

L’analyse par l’approche macro ou méso-didactique (temps longs) sera abordée au sujet de l’articulation entre le clinique et l’expérimental. Cette analyse se fait par l’utilisation du synopsis qui permet (ici, sous forme de tableau) la transcription, la condensation et la structuration des données.
Ce type d’approche permet d’expliciter ce qui a été proposé par l’enseignant notamment au sujet de ses choix et de ses rapports au(x) savoir(s).

Quant à l’analyse par l’approche micro-didactique, elle, sera abordée en deux points qui composent la TACD (Théorie de l’Action Conjointe en Didactique), 2017.

Premièrement a été exposée la notion du jeu d’apprentissage selon Sensevy & Merci. « C’est un jeu dans lequel le jour A, l’enseignant, va proposer des éléments de jeux au joueur B, l’élève, et le joueur A gagne quand le joueur B gagne. » Sensevy   
Cette notion, à travers un travail de définition, de dévolution (s’engager dans l’activité proposée), de régulation et d’institutionnalisation, permet un découpage chronologique et thématique qui sera ensuite employé dans une mise en tension interne et externe.

Le second item, les descripteurs de l’action didactique, est décrit comme étant une saturation de l’analyse des données selon trois critères.
– La mésogénèse, qui est l’évolution du milieu (La reformulation, la consigne, les changements, etc).
– La topogénèse qui est la responsabilité respective en termes de rapport au savoir (le maitre et les élèves).
– La chronogenèse qui est l’organisation des savoirs dans le temps (allés/retours, accélération, etc).

Pour finir, l’analyse micro-didactique permet d’interroger la praxéologie (Chevallard, 1992, 1999, 2007) in situ, à chaud, dans l’action. Elle permet également de questionner la contingence des actions prof/élèves et élèves/prof, et enfin, elle permet d’avoir accès aux références co-construites.

L’intervention d’Alexandra ARNAUD-BESTIEU aura permis d’apporter un éclairage essentiel concernant une méthodologie de recherche aux Doctorants et Masterants du programme GCAF.

Pierre Colson


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.