Categories
Actualités du GCAF Rapport au geste créatif et à l'activité formative

Les carnets de GCAF

Le programme GCAF s’appuie sur un cadre théorique pluridisciplinaire, en vue d’étudier les dimensions créatives des gestes des enseignants / formateurs / intervenants et des apprenants. Ces carnets présentent l’activité du programme à travers le séminaire qui le structure et les rencontres pluridisciplinaires qu’il favorise, les événements qu’il organise, les publications qu’il propose, etc.

Les carnets de GCAF ont pour but d’identifier, inventorier, expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage. Ils ont aussi pour finalité étudier d’étudier, d’analyser l’activité créatrice pour penser la formation des enseignants et comprendre l’activité de l’élève.

Objectifs :
Les recherches développées au sein du programme croisent et fédèrent des approches plurielles, explorant une didactique « transdisciplinaire », tout en étant délimitées par quelques objectifs fondamentaux.
► Identifier, inventorier, voire expliciter la dimension créative du geste lié à une activité d’enseignement ou d’apprentissage, sa conception et les interactions qu’elle engendre, à la lumière des pratiques d’enseignement/apprentissage et de la création artistique professionnelle (à la recherche d’une épistémologie du travail enseignant).
► Étudier, analyser l’activité créatrice, quelle que soit la discipline, et caractériser ses relations à la formation et à l’étude par l’observation des tâches prescrites et celles qui sont réalisées et par une réflexion sur les gestes :

  • pour penser la formation des enseignants non comme une juxtaposition de savoirs disciplinaires mais comme une composition de savoirs disciplinaires ;
  • pour comprendre l’activité de l’élève non comme une juxtaposition d’activités mais comme une composition de celles-ci.

► Accompagner les enseignants à concevoir des dispositifs efficients à partir de situations d’enseignement, de recherche ou d’apprentissage.

Contexte :
GCAF s’inscrit dans un contexte de renouvellement des pratiques enseignantes, notamment dans le domaine des arts à l’école (PEAC, EPI) ou de la préparation au métier d’enseignants (tant en formation initiale qu’en formation continue) et des pratiques artistiques (développement des résidences, ateliers avec public scolaire, artistes intervenants, etc.).
Les travaux engagés durant les deux premières années de séminaire (2017-2018, 2018-2019) ont permis de défricher les enjeux de cette recherche. Organisé une fois par mois, le séminaire a alterné des présentations d’enseignants-chercheurs (EA 4671 ADEF, EA 3273 Psyclé, UMR 7309 LPL, UMR 7304 Centre Gilles Gaston
Granger, UM 7061 PRISM, UMR 7290 LPC, MIM, UMR 7291 LNC, EA 3274 LESA, HEP-BEJUNE, HEP-VAUD, etc.), artistes invités (Hervé Sellin, Jean-Baptiste Sibertin-Blanc, Jean-Pierre Moreau, etc.), doctorants et masterants inscrits dans le programme.

L’équipe du programme GCAF a pour ambition de relire la notion de gestes liés à une activité d’enseignement ou d’apprentissage en analysant les pratiques créatives des enseignants et des élèves qui à partir de situations contraintes développent une activité.
a. L’enseignant dans les disciplines artistiques et non-artistiques, confronté aux approches transdisciplinaires (par ex : Danse et Mathématiques ; Arts plastiques et Musique ; Musique et Sciences Physiques ; Arts appliqués et Technologie ; Histoire-Géographie-EMC et Musique ; Danse et Français ; etc.).
b. Le concepteur novice ou aguerri, praticien réflexif, autorégulant son activité en la recomposant en situation professionnelle (dédoublement cognitif à partir des représentations de modèles d’artefact).
c. L’apprenant confronté à l’expérience prise au sens de l’énaction présidée par l’attention.
d. La lutte contre le décrochage scolaire.

Méthodologie :
Le programme GCAF croise les approches méthodologiques (notamment en didactique, ergonomie et poïétique mais aussi en sociologie, en psychologie) pour analyser les situations d’enseignement-apprentissage et/ou de formation et de caractériser les dimensions créatives des gestes à l’aide d’observations sur le terrain (ateliers, stades, classes, etc.), d’entretiens, de questionnaires, de récits de pratiques.

Planification des travaux sur 4 ans :
Ce qui a été fait durant les 1 e et 2 e années (2017-2019)

  • Délimitation des notions de geste métier-professionnel-créatif en arts et autres disciplines à partir d’analyse de situations créatrices.
  • Création de collectifs de travail autour de cette notion.
  • Mise en place de partenariats avec d’autres enseignants-chercheurs d’autres laboratoire d’AMU intéressés par cette thématique (cf. SFERE-Provence), et d’autres universités françaises ou établissements supérieurs (CNSMD, Paris I Sorbonne, Bordeaux-Montaigne, etc.), et étrangères (PRCI de l’ÉSPÉ : UQAM, Université Laval, HEP-BEJUNE, HEP-Vaud, HEMU de Lausanne, Université de Luxembourg, etc.).
  • Recueils de données et analyse des situations.
  • Séminaires de travail interne et externe.
  • Organisation de deux colloques (« Créer pour éduquer » I et II) et d’une journée d’étude sur les notions de geste et d’activité à la lumière des premiers travaux (LNC, HEP-BEJUNE, ADEF, CFMI).
  • Publication d’un ouvrage collectif (mai 2019).
  • Dépôt d’articles auprès d’une revue pour un projet de numéro collectif.
  • Dépôt d’un projet d’ANR-FNS franco-suisse (« Muzteach »).
  • 3 Projets de recherche-terrain-formation (DAFIP Aix-Marseille) : l’orchestre à l’école en REP+ ; la danse et les apprentissages en REP+ ; l’expression orale en école primaire REP+).
  • Organisation d’un symposium au CRIFPE 2019 (avec l’UQAM, Bordeaux-Montaigne, le CNSMD, l’université du Luxembourg).
  • Validation d’une école d’été sur le numérique et l’activité de création (DigCREEAT mise en œuvre en 2020).
  • Un fond d’intervention pédagogique (FIP) pour concevoir un CV créatif sous forme de portrait graphique (eportfolio d’AMU et travail avec l’équipe internationale de l’application Open Source Karuta).
  • Soutien et accompagnement de Masterants et de doctorants.
  • Soutien aux projets de jeunes chercheurs (cf. FED 4238 SFERE-Provence).

3 e année (2019-2020)

  • Poursuite des travaux d’analyse et de recherche sur ces questions dans un cadre élargi aux questions méthodologiques par une « confrontation » aux différents partenaires.
  • Redéfinition du périmètre des notions sur lesquelles le programme travaille (générique vs spécifique).
  • Participation collective à des événements scientifiques nationaux et internationaux
  • Organisation d’un colloque international avec les partenaires de recherche
  • Inscription de cette démarche dans les formations du futur INSPE Aix-Marseille (et du projet de pôle pilote).
  • Renforcement méthodologique de soutien aux masterants, doctorants et projets de jeunes chercheurs

4 e année (2020-2021)

  • Finalisation des travaux et des publications autour des notions.
  • Travail sur et développement du rayonnement des recherches à l’aide des outils conventionnels et
    numériques.
  • Etc.

Emeline Roy

doctorante en science de l'éducation à Aix-Marseille Université, UR ADEF, programme GCAF. Enseignante en Arts Appliqués et Cultures Artistiques

More Posts

Follow Me:
LinkedIn


By Emeline Roy

doctorante en science de l'éducation à Aix-Marseille Université, UR ADEF, programme GCAF. Enseignante en Arts Appliqués et Cultures Artistiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.