La Culture au service des apprentissages

Mercedes Baugnies

LISEC – Laboratoire Inter-universitaire des Sciences de l’Education et de la Communication
GCAF – Le geste créatif et l’activité formative
ADEF – Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation, ESPE AMU – École supérieure du professorat et de l’éducation – Aix Marseille


Marie Lucy
GCAF – Le geste créatif et l’activité formative
ADEF – Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation, ESPE AMU – École supérieure du professorat et de l’éducation – Aix Marseille


Pascal Terrien

GCAF – Le geste créatif et l’activité formative
ADEF – Apprentissage, Didactique, Evaluation, Formation, ESPE AMU – École supérieure du professorat et de l’éducation – Aix Marseille

Résumé

La mondialisation et les migrations engendrent une diversité culturelle à laquelle les systèmes éducatifs doivent s’adapter via des approches interculturelles (Akkari & Radhouane, 2019). Le rapport à la diversité constitue une difficulté pour l’école française (Meunier, 2013). Des études récentes montrent que les projets culturels à l’école contribuent à la lutte contre les formes de discrimination sociale (Boudinet, 2005; Kerlan, 2013 ; Chopin, 2016 ; Duval et al., 2018). A partir d’une étude en cours portant sur le projet culturel d’une école REP+ du Vaucluse, nous cherchons à vérifier l’hypothèse de la visibilité “des articulations complexes entre les différents régimes de hiérarchisation sociale” (Clair, 2012). Entre les observations directes menées sur le terrain et les entretiens (ante et post) réalisés avec les participants au projet culturel (professeurs, parents et élèves), nous présentons, lors de cette communication, un point d’étape sur cette recherche et les premiers résultats obtenus.

Diaporama

Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU

Le 09 octobre 2019.

Les méthodologies macro et micro utilisées en didactique nous ont été présentées non à travers leurs résultats mais à travers leur pertinence, conformément à une problématique de recherche.

En premier lieu, l’analyse de la transposition didactique nous est présentée comme étant une analyse du phénomène de la diffusion d’un savoir.
Celle-ci peut être de deux ordres, soit descendante ce qui correspond à une analyse des programmes, des prescriptions, des manuels, soit ascendante ce qui correspond à une analyse de la situation d’enseignement.

Puis, la théorie de l’action conjointe en didactique est introduite par la citation de Schubauer-Léoni et Leutenegger, 2005 : « Elle ne se fait ni (que) dans les savoirs ni (que) dans les sujets -enseignants et apprenants- mais dans leur action conjointe (…) pour considérer ce travail de coproduction de connaissances à la lumière des pratiques culturelles qui les légitiment. »  
Ce positionnement de l’analyse qui préserve l’écologie des savoirs scientifiques, permet une rupture avec ce qui se faisait avant. C’est-à-dire, une analyse à portée scientifique du résultat, qui était « une ingénierie protocolaire expérimentale » qui se focalisait plutôt sur ce qui se passait du côté de l’enseignant.

De cette situation nouvelle, qui vise à analyser le contexte clinique (l’ordinaire, phénomène de classe), émergera le « comparatisme » ou la méthodologie clinique expérimentale. Cette méthode permettra, suivant l’étude épistémologique et technologique approfondie de la discipline, le développement d’une composante expérimentale qui sera comparée dans le contexte clinique. Il s’agit d’une mise en tension entre l’analyse à priori des tâches et de l’in situ (Mercier & Salin,1992). « Un didacticien est avant tout un spécialiste de l’objet de ses recherches. Puisque les objets de ses recherches sont en lien direct avec le contenu des savoirs ».

Continuer la lecture de « Analyses macro et micro-didactiques – Didactique comparatiste et TACD Compte rendu de la communication présentée par Alexandra ARNAUD-BESTIEU »